Le défaut de sécurité d’un produit de santé est de nature à engager la responsabilité du fabricant, lorsqu’il en est résulté un dommage (Code civil, art. 1386-1 et suivants).

Sondes défectueuses : le prix de l’angoisse  Abonné

Publié le 10/04/2009
Une sonde de stimulation cardiaque qui s’est révélée défectueuse a causé le décès de certains patients. Certains porteurs ont alors pris la décision de faire explanter la sonde. Peuvent-ils obtenir réparation du préjudice qu’ils ont subi ?

La société Telectronics (devenue TPLC) a mis sur le marché des sondes auriculaires, accessoires à des stimulateurs cardiaques, utilisant la technique du fil de rétention. A la suite de problèmes liés à la rupture du fil de rétention ayant entraîné le décès de plusieurs patients, ces sondes ont été retirées du marché en 1994. Il fut alors décidé d'augmenter la surveillance médicale des porteurs de ces sondes. Mais, devant le risque représenté par la défectuosité des sondes, certains patients ont préféré prendre l'initiative d'une explantation.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte