Somnolence, médicaments et conduite automobile  Abonné

Publié le 18/03/2011

Si le risque de somnolence induit par les antihistaminiques ou les myorelaxants est connu de tous, ces molécules ne sont pas les seuls médicaments courants à même de provoquer une somnolence. Ainsi, selon l’Afssaps, sur 9 000 spécialités pharmaceutiques, jusqu'à 3 000 seraient susceptibles de retentir sur les capacités de conduite notamment à cause de leurs effets sédatifs . Certains antimigraineux comme les triptans mais aussi certains antihypertenseurs centraux sont notamment concernés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte