Consultation

Soigner un malade plutôt qu’une maladie  Abonné

Publié le 18/05/2012

Pouvoir parler de sexualité avec son malade demande beaucoup de recul au médecin . Il doit être persuadé

qu'il soigne un malade et non une maladie et que prendre en compte la qualité de vie et le retentissement

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte