Six médecins sur dix vaccinés contre le H1N1 en 2009

Publié le 18/07/2011

Selon une étude de la DREES, le service statistique du ministère de la santé, 60 % des généralistes se sont fait vacciner contre la grippe H1N1 et 71 % l’ont conseillé à leurs patients jeunes à risques. Le facteur le plus important en faveur du vaccin pandémique est l’habitude de vaccination personnelle du médecin contre la grippe saisonnière. Parmi les freins à la vaccination H1N1, la cacophonie médiatique est incriminée pour 77 % des praticiens qui ne sont pas faits vacciner (contre 65 % chez les vaccinés). Le manque de confiance dans les pouvoirs publics est cité pour 69 % des non vaccinés et la faible gravité de l’épidémie pour 66 % d’entre eux. L’exercice en cabinet de groupe par rapport à l’exercice seul a tendance à favoriser le geste vaccinal contre H1N1. Si l’information sur le lavage des mains et le port du masque est bien passée, moins d’un médecin sur deux considère que les patients ont été bien informés sur la maladie, le traitement antiviral ou les effets indésirables. Pour les médecins interrogés, la crainte des effets secondaires était perçue comme un des principaux freins par les patients. Les messages alarmistes, les incertitudes sur l’adjuvant et l’évocation des conflits d’intérêts entre les experts et les laboratoires ont joué sur la motivation. Seuls 31 % des médecins indiquent que la vaccination A/H1N1 aurait dû être obligatoire pour les groupes à risques.


Source : legeneraliste.fr