Édito

Sinistre

Publié le 11/10/2019
Edito

Edito

Le mot de la semaine est... sinistre. On savait la médecine exposée aux risques professionnels. La judiciarisation n’est désormais plus l’apanage des spécialités chirurgicales. La médecine générale est devenue la discipline la plus impliquée en volume dans les demandes d’indemnisation en 2018, selon le dernier rapport du Sou Médical. Et les médecins de famille ont aussi été concernés par les indemnisations les plus coûteuses avec un cas emblématique à plus de 10 millions d’euros (lire p. 12).

Sinistre, comme l’incendie qui a ravagé l’usine Lubrizol à Rouen. Deux semaines plus tard, les habitants ne savent toujours pas exactement à quels risques ils sont exposés après la combustion de certains hydrocarbures. La communication chaotique des pouvoirs publics a laissé le champ libre aux thèses complotistes sur les réseaux sociaux, rendant inaudible la parole des scientifiques. L’ouverture prochaine d’une enquête parlementaire permettra peut-être de savoir où les autorités ont pêché.

Sinistres comme ces essais illégaux menés par huit médecins dans une abbaye près de Poitiers. L’expérimentation consistait à appliquer à 350 personnes des patchs contenant deux molécules aux effets inconnus dans l’espoir de traiter les maladies neurologiques (Alzheimer, Parkinson) et des troubles du sommeil. Révélée par l’ANSM, l’affaire fait l’objet d’une enquête de la justice. L’Ordre va porter plainte contre ces médecins pour charlatanisme et pour avoir fait prendre un risque injustifié à des patients.

Sinistre, enfin, comme le débat ouvert en début de semaine par la majorité présidentielle sur l’immigration. Agnès Buzyn s’est pliée à cet exercice imposé par Emmanuel Macron et a annoncé une réforme de l’aide médicale d’État (AME). Le panier de soins des personnes étrangères sans titre de séjour pourrait être ajusté, a-t-elle évoqué, et la prise en charge de certaines prestations soumise à un accord préalable. Mais fallait-il vraiment annoncer un plan de lutte contre les fraudes à l’AME – une soixantaine de cas détectés – pour satisfaire l’ambition du chef de l’État, qui flirte dangereusement sur le terrain de l’extrême-droite ?

Christophe Gattuso, directeur de la rédaction

Source : Le Généraliste: 2884