Déontologie

Signaler toute ambiguïté  Abonné

Publié le 16/11/2012

« Les affaires de passage à l'acte avec un(e) patient(e) sont relativement fréquentes dans nos instances disciplinaires », reconnaît le Dr François Stéphani, conseiller ordinal à l'Ordre National des Médecins et vice- président de la section « éthique et Déontologie ». Des affaires au cours desquelles le médecin peut être accusé de gestes ou de propos déplacés jusqu'au passage à l'acte sexuel et au viol. Mais pour le

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte