Sida : les pays riches rappelés à leurs engagements

Publié le 16/07/2010

Julio Montaner, co-président de la 18e conférence internationale sur le sida qui s'ouvre dimanche à Vienne, a rappelé mercredi aux pays riches leur engagement à financer l'accès universel aux traitements contre le sida, pris par le G8 en 2005, avant la crise financière. Selon le dernier rapport du programme des Nations Unies sur le sida, un tiers seulement des besoins sont couverts, avec 5 millions de personnes concernées et 10 millions en attente. L'engagement en faveur d'un accès universel aux traitements pris en 2005 « était clair. La crise financière est devenue l'excuse parfaite pour changer d'objectifs et parler d'autres choses » a regretté M. Montaner, président de la société internationale sur le sida (IAS) qui organise la conférence internationale, dans un entretien avec l'AFP. L'accent mis sur la santé maternelle lors du dernier G8 fin juin, avec le déblocage de 7,3 milliards de dollars, est « noble, mais ne doit pas se faire aux dépens de l'accès universel au traitement contre le sida ». Le professeur de médecine en poste à l'Université de Colombie-Britannique au Canada relève que les États ont su trouver les milliards nécessaires pour sauver le système financier. « Le taux de mise sous traitement est inférieur à la propagation de la maladie. Si nous n'augmentons pas de manière significative le nombre de personnes sous traitement, nous serons bientôt dans une situation intenable » a prévenu le spécialiste, rappelant que les trithérapies préviennent de nouvelles infections.


Source : legeneraliste.fr