Courrier des lecteurs

Service public

Publié le 11/01/2018

Quand je me suis installé dans un village isolé, sans tour de garde de semaine ou de week-end, j’ai travaillé 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, par devoir !

J’ai réclamé à l’Ordre des médecins de me faire rentrer dans un tour de garde, sans succès. Pour avoir relaté l’impuissance de l’ordre dans vos colonnes, j’ai même été condamné ! Autres temps, autres mœurs. L’organisation libérale de la médecine générale a toujours été basée sur le volontariat… et le devoir.

Les généralistes actuels veulent le beurre et l’argent du beurre. Sous la pression justifiée des élus locaux, devant la carence organisationnelle de cette médecine générale, où chacun fait ce qu’il veut, l’État tente de reprendre la main. Qu’on le veuille ou non, c’est inéluctable et même souhaitable si l’on considère que nous assurons une mission de service public.

Vous aussi, vous voulez réagir à l’actualité médicale ? Adressez-nous vos courriers accompagnés de vos nom, prénom et lieu d’exercice à redaction@legeneraliste.fr

Dr Patrice Saudo, Saint Jorioz (Haute-Savoie)

Source : Le Généraliste: 2818