HBP

Savoir en parler simplement  Abonné

Publié le 20/11/2009
La grande majorité des hommes seront confrontés à l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP) en vieillissant. Souvent asymptomatique à ses débuts, l’évolution de l’HBP fait courir le risque de troubles urinaires et de complications éventuelles qui doivent inciter à interroger le patient sur ses symptômes et à les traiter en cas de gêne.

Crédit photo : ©BSIP/PHOTOTAKE/WERNER

Plus d’un homme sur deux présente une prostate de gros volume après 50 ans et plus de 80 % après 70 ans. Cette hypertrophie dite bénigne, s’accompagne d’une gêne dans 20 % des cas et de troubles urinaires sévères dans 3% des cas. La pollakiurie nocturne et l’impériosité sont les symptômes les plus précoces et doivent servir d’alerte pour le diagnostic. « Il est facile de détecter certains troubles urinaires chez des patients de plus 50 ans avec des questions très simples posées au cours d’une consultation, par exemple « vous levez-vous souvent la nuit ?

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte