Étude

Santé : le progrès coûte plus cher que le vieillissement  Abonné

Publié le 25/11/2011

Crédit photo : ©Phototake BSIP

L’accroissement de la longévité pourrait-il, un jour, faire éclater notre système de protection sociale ? La réponse est non, selon Brigitte Dormont, Professeur à l’Université Paris Dauphine. D’après son étude, réalisée à partir d’échantillons d’assurés sociaux et présentée à l’Institut Montparnasse à Paris, le vieillissement de la population joue un rôle mineur dans la croissance des dépenses de santé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte