Chronobiologie

Rythmes scolaires, la santé de l’enfant oubliée ?  Abonné

Publié le 29/09/2017
Depuis la rentrée, un tiers des communes ont fait marche arrière et sont repassées à la semaine de quatre jours. Alors que le gouvernement met en avant l’absence d’impact positif de la réforme sur les apprentissages, les chronobiologistes s’inquiètent des répercussions possibles sur la santé de l’enfant.
.

.
Crédit photo : BURGER/PHANIE

Un pas en avant, un pas en arrière… En 2013, l’éducation nationale avait instauré le passage à la semaine de 4,5 jours pour coller davantage aux besoins physiologiques de l’enfant. À peine quatre ans plus tard, le gouvernement vient de faire machine arrière avec la publication, fin juin, d’un décret permettant aux municipalités de choisir par elles-mêmes l'organisation de la semaine scolaire. Exit donc, pour de nombreux enfants, le mercredi matin sur les bancs de l’école puisque près d’une commune française sur trois a rebasculé sur un rythme scolaire de quatre jours.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte