Royal, Le Foll et Touraine critiquent la prime d’arrivée du nouveau patron de Sanofi

Publié le 23/02/2015

La prime d’arrivée d’Olivier Brandicourt, nouveau patron de Sanofi ne plait pas du tout au gouvernement, dont plusieurs membres ont critiqué ce "bonus de bienvenue" de 2 millions d'euros à sa prise de fonction début avril, et une autre du même montant en janvier 2016.

A commencer par le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll qui juge le procédé "incompréhensible" : "Il faut qu'il y ait des règles qui soient réaffirmées, un peu de morale", juge-t-il. La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal a elle aussi qualifié cette indemnité de "pas normale du tout", et dit "espérer" que M. Brandicourt y renonce, appelant à "un peu de décence, notamment de la part de laboratoires pharmaceutiques qui vivent de la Sécurité sociale, donc des cotisations sur les salaires". En écho, Marisol Touraine a à son tour mis son grain de sel, via twitter : "Prime de 4 millions d’euros ? Bien loin du réel et du quotidien des Français... Il est encore temps de renoncer !", commente la ministre de la Santé.

 

Auparavant, l’annonce de la prime, quoique publiée sur le site internet du groupe, a fait bondir les syndicats. "Choquante" pour Stéphane Galiné (CFDT), elle est qualifiée de "scandaleuse" par Thierry Bodin (CGT).

"Nous ne faisons que compenser les avantages auxquels il a renoncé en quittant son précédent employeur", a répondu à l'AFP une porte-parole de Sanofi, qui indique que son prédécesseur avait bénéficié d'une mécanisme similaire à sa prise de fonction. Cette indemnité est "conforme aux pratiques de l'industrie pharmaceutique, aux pratiques du CAC 40 et au code Afep-Medef", a déclaré cette porte-parole.


Source : legeneraliste.fr