Musique

Roger Bourdin ou la flûte enchantée  Abonné

Publié le 15/02/2013

Quand on évoque les grands flûtistes français, viennent naturellement à l’esprit les noms de Jean-Pierre Rampal et Roger Bourdin. Mais si le premier se cantonna essentiellement au répertoire classique, le deuxième, artiste hors normes, se révéla un homme-orchestre d’exception. S’affranchissant de toutes les frontières, toujours entre deux arts, Bourdin pouvait passer de Bach et Mozart à Duke Ellington et Cole Porter avec la même suprême élégance. Improvisateur né, il démontrait qu’il n’y avait pas de musique lourde ou légère mais seulement de la bonne musique.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte