Pr Laurent Degos

« Rien n’est figé sur le DPC »  Abonné

Publié le 28/05/2010
Le président de la Haute Autorité de santé est un fervent partisan du Développement professionnel continu voulu par Roselyne Bachelot. Il insiste sur sa dimension évaluation, mais pour lui ce sera à la profession d’en définir le contenu.

Crédit photo : ©BSIP/CHAGNON

Le Généraliste : Le DPC a fait l’objet de critiques des représentants de la profession, certains y voyant une « étatisation » du dispositif. Les comprenez-vous ?

Pr Laurent Degos : Je vois très régulièrement les membres du futur collège de médecine générale qui travaillent actuellement sur le DPC. Ils sont très enthousiastes car pour eux le DPC est aussi un moyen de fédérer la profession au travers de l’amélioration des pratiques. Ils avaient été les pionniers de cette démarche qui mêle évaluation et formation dans une démarche qualité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte