RGO : l’après IPP prépare son jeu  Abonné

Publié le 10/11/2011
De nouveaux IPP sont en développement, dont les plus prometteurs agiraient sur les sécrétions nocturnes, ou encore sur des canaux potassiques. Par ailleurs, des études récentes tentent de mieux caractériser les patients non répondeurs aux IPP.

Le traitement du RGO doit être progressif : des anti-acides, puis des IPP à demi-dose et enfin à pleine dose. « On soulage de cette façon 70% des patients à long terme » indique le Pr Stanislas Bruley des Varannes, gastro-entérologue au CHU de Nantes. « Cependant, la sécurité des IPP est toujours discutée : il y a une possibilité d'infections digestives ou de malabsorption du calcium, de la vitamine B12 et du magnésium. La vigilance est donc de mise. »

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte