Sur le blog de Luc Perino

Revenir à la preuve clinique  Abonné

Publié le 13/02/2015

Le premier médicament résultant de la connaissance physiopathologique d’une maladie fut l’insuline en 1921 bientôt suivi des vitamines, des hormones, des antibiotiques avec un excellent niveau de preuve à court terme. Puis l’empirisme a disparu pour laisser sa place à deux niveaux de preuve, le niveau théorique et le niveau statistique. Et, aujourd’hui, un médicament peut avoir une base théorique brillante et être dépourvu de tout effet clinique. L’auteur des « humeurs médicales » s’interroge : comment les agences du médicament peuvent à ce point oublier la preuve clinique…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte