Réparer les vivants  Abonné

Publié le 28/02/2014

C’est à la fois un roman réaliste et une tragédie classique. Maylis de Kerangal nous raconte des histoires de métiers exceptionnels que les hommes sont contraints d’affronter. En une journée, le lecteur est livré dans une haletante et émouvante description médicale qui va de la mort d’un jeune homme à la greffe de ses organes à une receveuse. Le lecteur non soignant sera sensible à la charge émotionnelle du roman. Le soignant y découvrira sa vie quotidienne face à l’annonce de la mort et à la lutte pour la vie.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte