Prix de la première installation

Remédicaliser une ZUP : le culot du Dr Emmanuelle Thomas

Publié le 04/10/2013

C’est avec beaucoup de dynamisme et de volonté que le Dr Emmanuelle Thomas à réaliser un défi majeur : réinstaller une offre de soins de premier recours dans une zone démédicalisée. Diplômée en 2009, la généraliste originaire de Besançon ne s’installe pas tout de suite mais « enchaîne » les remplacements pendant trois ans. D’abord en centre de santé où elle expérimente le salariat puis en libéral. C’est là que le déclic va se faire. Grâce à une collègue qu’elle remplace régulièrement l’idée de s’installer fait son chemin. « Sans son accompagnement, je n’aurai jamais franchi le pas », se rappelle-t-elle. Le projet de créer une maison médicale pluriprofessionnelle, qu’elle ne « voulait pas mener de front toute seule », va petit à petit se construire. Avec l’aide de la mairie de Belfort et des collègues du secteur avoisinant, le Pôle de santé des Errues, le Dr Thomas et ses confrères se lancent dans l’aventure et décide de s’installer dans un quartier populaire de Belfort « que tous les libéraux avaient quitté ». L’équipe, 100% féminine, composée d’un médecin, d’une infirmière, d’une diététicienne et d’une psychologue travaille également en étroite collaboration avec les deux pharmacies du secteur. Si le but, au départ, était de remédicaliser une zone d’éducation prioritaire (ZUP), l’équipe s’est fixée d’autres objectifs au fil du temps : travailler avec la maison du quartier et faire de l’éducation thérapeutique. Après formation, l’équipe a mis en place des groupes d’éducation thérapeutique pour les patients présentant des facteurs de risque cardio-vasculaire dans la salle de la maison du quartier. Des actions locales ont également eu lieu en vue d’une sensibilisation des femmes au dépistage du cancer du sein par des habitantes du quartier.

Généraliste installée à Belfort (90)

Source : Le Généraliste: 2655