Relaxe des deux scientifiques dans l’affaire de l’hormone de croissance

Publié le 05/05/2011

La cour d'appel de Paris a confirmé jeudi la relaxe des deux scientifiques prévenus d'homicide involontaire et tromperie aggravée dans le drame de santé publique de l'hormone de croissance. «Aucune faute n'a été commise par les prévenus ou intimés», a annoncé le président Didier Wacogne en introduction de la lecture de l'arrêt, en présence de très nombreuses familles des victimes. A l'issue du procès de première instance, qui s'était tenu en 2008, le tribunal n'avait condamné aucun des sept scientifiques poursuivis dans ce dossier. Le jugement avait provoqué la révolte des proches des victimes. Devant la cour d'appel de Paris, qui a rejugé l'affaire à l'automne 2010, seuls deux prévenus encouraient une sanction pénale: l'ancien biochimiste Fernand Dray, 88 ans, et la pédiatre Elisabeth Mugnier, 62 ans, accusés de «tromperie aggravée» pour l'un, complicité pour l'autre et «homicide involontaire» pour les deux.


Source : legeneraliste.fr