Rapport Hubert: CSMF, SML et MG France exercent leur droit d’inventaire

Publié le 29/11/2010

C’est bien, mais ça pourrait être mieux... On pourrait résumer ainsi les réactions de la CSMF et du SML, et de MG France au rapport Hubert sur la médecine de proximité dont le contenu est connu depuis le 26 novembre. La CSMF y voit "un catalogue de solutions pragmatiques à court, moyen et long terme." Et le syndicat de Michel Chassang semble notamment en phase avec "la refonte des études médicales avec la dissociation des fonctions hospitalières, universitaires et de recherche, la modernisation de l’exercice par le développement des systèmes d’information et d’échanges, l’amélioration de l’offre de soins privilégiant l’incitation, la réforme des consultations (CCAM clinique), le développement des regroupements professionnels et la mise en place d’une évolution de carrière au cours de la vie professionnelle." Dans le même sens, Christian Jeambrun, président du SML, évoquait en marge du congrès du SML "des idées qui peuvent nous intéresser" dans ce rapport. Mais il regrettait que le rapport Hubert "confonde médecine libérale et médecine générale." En d’autres termes, le Dr Jeambrun regrette que le rapport "fasse trop peu de place à la médecine spécialisée."

A la CSMF on regrette aussi que ce rapport soit "quasi exclusivement centré sur la médecine générale en oubliant les autres spécialités de proximité et les MEP qui rencontrent pourtant les mêmes difficultés. La Conf’ estime aussi que le rapport Hubert "ne propose aucune solution, hormis la grossesse, pour améliorer la protection sociale des médecins" et surtout qu’il "marginalise la convention médicale nationale".

Tonalité un peu différente à MG France, où l’on se réjouit que, "parmi les nombreuses mesures préconisées, plusieurs sont réclamées depuis longtemps par MG France : la valorisation de la médecine générale tout au long des études universitaires, le soutien aux nouveaux modes d'organisation des soins de premier recours, la recherche de solutions pérennes aux difficultés d'accès aux soins et les propositions d’amélioration de la protection sociale des femmes médecins que lui a transmis la mission Femmes de MG France." Pour autant, le syndicat de Claude Liecher critique la proposition la plus médiatisée du rapport Hubert. "La différenciation de la valeur de la consultation selon sa difficulté n’a pas que des avantages", observe le syndicat de Claude Liecher, qui estime que "complexe à mettre en œuvre, elle risque surtout de réserver les consultations valorisées aux spécialistes d'organe au détriment des généralistes."


Source : legeneraliste.fr