Éditorial

Rançon du progrès ?  Abonné

Publié le 30/05/2014

Le sujet peut paraître déconnecté de l’exercice routinier de la médecine où l’inquiétude est bien plus de passer à côté d’un diagnostic et d’infliger une « perte de chance » au patient que d’être dans la problématique du surdiagnostic et de la surmédicalisation. Et se déconditionner de réflexes issus de 50 ans de culture de médecine triomphante – où les problématiques concernaient davantage le sous-diagnostic que le surdiagnostic – n’est pas chose facile. Pourtant, personne ne peut ignorer ce sujet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte