Ville-hôpital

Qu’est-ce qui coince ? Pourquoi ça grince ?  Abonné

Publié le 21/10/2011
Trop d’attente aux urgences, trop de délais pour faire admettre son patient dans le bon service, trop d’interlocuteurs pour obtenir un retour d’information en temps et en heure…Les médecins généralistes que nous avons sondés sont à peine plus sévères que ceux que nous avons interrogés. Les uns et les autres ne se contentent pas de pointer petits défauts et gros problèmes de l’hôpital. Tous tentent aussi d’échafauder des solutions pour améliorer les relations entre ces deux piliers de notre système de soins, la ville et l’hôpital…

Crédit photo : ©BSIP

L’amélioration de la coordination hôpital-ville était l’un des objectifs majeurs de la loi HPST, puisqu’elle dotait les libéraux comme les hospitaliers d’une même tutelle, les ARS. celle-ci étant notamment chargée de prendre en main le sujet qui fâche, la permanence de soins. Pour autant, notre sondage CMC/GMC montre que les relations entre ces deux mondes ne sont pas toujours faciles. Et notamment quand il s’agit des délais d’admission des patients, les urgences étant spontanément montrées du doigt. « Globalement, nous nous entendons bien, mais l’hôpital ne nous entend pas toujours.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte