Si « Le Généraliste » était paru en 1906

Quand l’imagination de la mère a de désastreuses conséquences pour le fœtus

Par
Publié le 08/08/2017
histoire

histoire

En 1884 (juillet), j’aidais, avec son interne, M. le professeur Albert Malherbe, actuellement directeur de l’École de Médecine, à opérer un vieillard, de mes clients, d’une hernie ombilicale étranglée tellement vaste que le sac formait comme un second abdomen superposé à l’autre. Je dois dire, du reste, entre parenthèses, que l’opéré succomba le lendemain. Mais j’arrive au fait. La femme du boucher voisin (c’était hors ville), curieuse comme une femme enceinte qu’elle était (environ deux mois), ayant eu vent de l’opération, s’était promis de se payer, quand même, ce spectacle assez peu attrayant pour une personne de son sexe – affaire de métier peut-être.

À l’heure dite, elle s’introduisit donc dans la maison sous prétexte d’une livraison à faire. Et comme la porte de la chambre où le docteur Malherbe était aux prises avec l’énorme hernie était naturellement fermée, elle ne craignit pas de l’entr’ouvrir et de jeter un coup d’œil furtif sur ce qui se passait. Mal lui en prit car elle n’eut que le temps de gagner précipitamment le jardin pour s’y abattre. « Le sang ne lui avait fait qu’un tour », comme elle me le dit le lendemain.

Or, sept mois après, je fus appelé à l’assister pendant son accouchement. Je l’avais déjà accouchée 4 ans et 2 ans auparavant de deux fillettes superbes et parfaitement conformées – ces deux accouchements sans difficultés, sauf la longueur pour le premier. Cette fois-ci, il n’en fut pas de même, et je fus pas mal interloqué – une fois la tête très grosse extraite au forceps, de rencontrer un obstacle à la sortie du tronc. Bref, avec un peu d’effort, je vis tout de suite de quoi il retournait : l’enfant, mâle, outre son volume crânien, naissait agrémenté d’une hernie ombilicale proportionnelle, pour son poids, à celle du vieillard opéré, et malencontreusement entrevue par la parturiente.

J’ajouterai que l’enfant, non plus, ne vécut que 8 à 10 jours, le sac herniaire s’étant rompu spontanément.

(Dr Lacambre [de Nantes ], Chronique médicale, 1906)


Source : legeneraliste.fr