Jeu pathologique

Quand le plaisir devient dépendance  Abonné

Publié le 25/02/2011
La dépendance aux jeux d’argent et de hasard est encore un motif de consultation rare, et objet de déni. La donne risque de changer avec l’offre en ligne qui permet de se livrer en secret aux plaisirs du jeu.

Entre 400 000 et 800 000 personnes seraient dépendantes aux jeux en France. Et seulement 2 % des joueurs maladifs consultent, sans doute par difficulté de prise de conscience et par honte du jugement. Pourtant, la dépendance aux jeux d’argent et de hasard est une pathologie particulière, reconnue parmi le DSM depuis sa version III en 1980. En pratique, ce sont les conséquences psychologiques, économiques, professionnelles et personnelles pour le joueur pathologique, ainsi que les troubles associés - jusqu’au suicide - qui peuvent être des points d’appel.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte