Quand le patient disparaît  Abonné

Publié le 20/04/2018

Même si cela fait partie des risques du métier, le décès d’un malade est loin d’être sans conséquence « intime » pour son médecin traitant. Selon une étude menée par Pau-Antoine Quesnel et Karen Rudelle (Limoges), 76 % des généralistes vivent difficilement cet événement, avec dans près d’un tiers des cas un retentissement professionnel et/ou personnel. Une minorité rapporte même une consommation de médicaments (4,8 %) ou d’alcool (4 %). Par ailleurs, plus de la moitié juge insuffisantes les structures d’aide pour ces situations.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte