Séduction

Quand la relation médecin-patient dérape  Abonné

Publié le 16/11/2012
La frontière est parfois floue entre l’empathie du soignant pour son patient, la séduction et le risque de dérapage dans la relation médicale. D'autant que l’ambiguïté est aussi du côté des patients comme l’illustre le récent film sur la relation qu’entretenait Charcot avec sa jeune patiente Augustine. Pourtant le passage à l'acte transgresse un interdit absolu dans le cadre de l'exercice médical.

Crédit photo : ©SPL/PHANIE

« DSK du village »… En mai dernier, la comparution d’un médecin généraliste d’une petite commune de la Sarthe devant la cour d’appel d’Angers lui valu d’un avocat ce pénible épithète. L’affaire avait fait grand bruit dans la région, après avoir été une première fois jugée au Mans. Le praticien en question était poursuivi pour une liaison avec une jeune patiente de 16 ans, de surcroît anorexique et qui venait de perdre sa mère… Il fut condamné à 4 mois de prison avec sursis et 1000 euros d’amende.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte