Endocrinologie

Quand la puberté se fait attendre  Abonné

Publié le 20/02/2009
Chez le garçon, le retard pubertaire constitue un motif fréquent de consultation. S'il s'agit le plus souvent d'un retard simple, il est souvent mal vécu. Quelques examens basiques éviteront de méconnaître une pathologie organique périphérique ou centrale sans surmédicaliser une puberté simplement différée.

Crédit photo : ©GARO/PHANIE

L'examen clinique permet de préciser le stade pubertaire – taille et volume (orchidomètre) des testicules, longueur et largeur de la verge, pilosité pubienne et axillaire et déjà d'orienter vers un retard pubertaire simple (plus de 60 % des cas) qui se corrigera spontanément des insuffisances gonadotropes ou gonadiques, permanentes, qui doivent être prises en charge afin de permettre un développement pubertaire complet.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte