Quand la grossesse permet de démasquer les femmes à haut risque cardiovasculaire  Abonné

Publié le 16/09/2011

Ces trois dernières années, de nombreux travaux ont montré que l’ischémie placentaire et le diabète gestationnel étaient des situations à risque vasculaires et métaboliques transitoires, permettant de « démasquer » les femmes à risque de développer un accident cardio ou cérébro vasculaire, une HTA ou encore un diabète au moment de la ménopause. Dans une nouvelle classification du risque cardiovasculaire spécifique à la femme parue en mars 2011, la pré éclampsie (ischémie placentaire avec HTA et protéinurie) et le diabète gestationnel placent ces femmes dans un niveau de risque élevé.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte