Quand Bachelot sème la zizanie...  Abonné

Publié le 26/02/2010

Depuis que nous avons la chance d’avoir comme ministre de la santé une pharmacienne, nos amis apothicaires sont aux anges. Chouchoutés par la ministre, ceux-ci ont droit à tous les égards :

- On leur avait déjà offert une double marge bénéficiaire lors de la mise en place des génériques

- Puis pour faire plier les patients réfractaires aux génériques, on a donné aux pharmaciens le droit de leur refuser le tiers payant sur l’intégralité de l’ordonnance au cas où ils exigeraient le médicament princeps

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte