Publication de l'étude ATHENA  Abonné

Publié le 20/02/2009

La dronédarone réduit significativement de 24 % le risque d'hospitalisation d'origine cardiovasculaire ou de décès chez les patients atteints de fibrillation auriculaire, selon l’étude ATHENA publiée dans le NEJM. On note également une réduction significative de 29 % de la mortalité cardiovasculaire chez les patients en fibrillation auriculaire. De plus, le nombre de décès toutes causes confondues s'est révélé numériquement inférieur de 16 % dans le groupe dronédarone en comparaison au groupe placebo.


Source : Le Généraliste: 2478