Prothèses PIP: Jean-Claude Mas assume

Publié le 06/01/2012

Jean-Claude Mas a assumé sans regret, devant les enquêteurs, la supercherie de ses prothèses mammaires. «Je savais que ce gel n'était pas homologué, mais je l'ai sciemment fait car le gel PIP était moins cher (...) et de bien meilleure qualité», a expliqué fondateur de la société varoise PIP en octobre aux gendarmes, selon un PV d'audition consulté par l'Agence France Presse. Le fondateur de PIP explique que «dès 1993», deux ans seulement après la création de sa société, il «donne l'ordre de dissimuler la vérité» à l'organisme certificateur allemand TÜV, bien avant la mise sur le marché des implants aujourd'hui incriminés. Pour ceux-là, la fraude commence «dès 2001», quand le silicone est réautorisé en France pour les prothèses mammaires, selon les déclarations aux enquêteurs de Thierry Brinon, directeur technique de la société, selon lequel le gel principalement utilisé était de fabrication «maison» et non pas le gel américain Nusil déclaré à TÜV. Jean-Claude Mas a précisé aux gendarmes que 75% des implants étaient remplis de gel PIP, 25% seulement avec du Nusil. Coût en 2009: 5 euros par litre, contre 35 euros pour le Nusil, soit une différence de 10 euros par implant et un gain d'un million d'euros par an pour une production de 100.000 prothèses.


Source : legeneraliste.fr