Confusion aiguë chez la personne âgée

Privilégier l'approche non médicamenteuse  Abonné

Publié le 20/11/2009
La récente recommandation de l'HAS amène à revoir l'approche de l'agitation dans la confusion aiguë de la personne âgée, en insistant sur la nécessité de limiter les thérapeutiques sédatives au profit d'une approche non médicamenteuse.

Crédit photo : ©BSIP/DELOCHE

La mise au point de l'HAS sur l’agitation aiguë du sujet âgé se justifie amplement devant ce syndrome complexe, difficile à reconnaître et emprunt le plus souvent d’une ou plusieurs pathologies sous-jacentes dont l’importance est trop souvent sous-estimée. Les réponses apportées sur le terrain sont très disparates avec un recours encore trop systématique aux thérapeutiques sédatives, si ce n'est à la contention. "On doit distinguer confusion aigue et début d'une démence" explique le Dr Frédéric Wone.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte