Prince des ténèbres  Abonné

Publié le 28/10/2011

Hostile aux conventions, ne concédant rien à la facilité, le trompettiste Miles Davis a toujours bati le futur. Voici le Prince des ténèbres à la tête de son deuxième quintet mythique qui, dans la tranquille certitude de sa grandeur, va dominer les années 60. La fracture avec le passé est radicale. Stylistiquement et idéologiquement loin du free jazz d’alors, cette formation en propose une alternative extrêmement prégnante, coupante, tendue voire convulsive. Parlons de création évolutive où dynamiques et tempi sont constamment bouleversés.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte