Accident vasculaire cérébral

Prévention et stent  Abonné

Publié le 17/09/2010
Le cilostazol est non-inférieur à l’aspirine dans la prévention secondaire après un accident vasculaire cérébral (AVC) selon l’étude CSPS 2 publiée dans The Lancet.

Crédit photo : ©JOHN BAVOSI/SPL/PHANIE

L’étude CSPS 2 (Cilostazol Stroke Prevention Study 2) a inclus 2 757 patients qui ont reçu soit le cilostazol soit l’aspirine avec un suivi moyen de 29 mois. La récidive d’AVC est survenue chez 2,6 % des patients sous cilostazol contre 3,71 % dans le groupe sous aspirine. Les hémorragies intra-cérébrales majeures étaient nettement moins fréquentes dans le groupe traité par cilostazol. Mais, les céphalées, les diarrhées, les palpitations et les vertiges étaient des effets indésirables plus fréquents dans le groupe sous cilostazol.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte