Précisions du Vatican sur l’état de santé du nouveau pape

Publié le 14/03/2013

En France, on a pris l’habitude de lire les bulletins de santé du président de la Rébublique, mais pour ce qui est du pape, l’habitude n’était pas prise... C’est un peu à cet exercice que s’est essayé jeudi le porte-parole du Vatican en ce début de Pontificat. Au cours d’un point presse, le père Federico Lombardi a confirmé que le pape François a subi il y a de nombreuses années une opération au cours de laquelle une partie d'un poumon lui a été enlevée: «Je confirme qu'il y a très longtemps, il a subi une opération au cours de laquelle une partie d'un poumon lui a été enlevée», a déclaré devant la presse le père Lombardi. Mais il a aussitôt ajouté que «ceux qui le connaissent l'ont toujours vu en bonne santé» et que cette opération «ne représente pas un handicap dans sa vie». Selon un religieux espagnol qui participait à la conférence de presse, Jorge Bergoglio a subi cette intervention chirurgicale il y a environ 55 ans. L’Agence catholique argentine AICA donne quelques précisions à 21 ans, il est tombé gravement malade et les médecins ont pensé qu'il allait mourir. «Finalement, ils ont diagnostiqué une pneumonie aigüe et il a dû subir l'ablation de la partie supérieure du poumon droit».

Par ailleurs, le quotidien La Nacion indique qu'il a souffert en 2007 d'une «inflammation soudaine du nerf sciatique» qui l'empêcha de se rendre à Rome pour le consistoire convoqué par Benoît XVI. Selon Francesca Ambroggeti, qui a écrit le livre "El Jesuita", le pape François est "très réticent" quand il s'agit de parler de sa santé.

Au cours d'une conférence de presse jeudi matin, les cardinaux électeurs français ont aussi été interrogés sur la santé et l'âge avancé du nouveau pape. Réponse du cardinal Jean-Pierre Ricard, archevêque de Bordeaux: «Cela a été une vraie question pour les cardinaux, après un pape qui démissionne pour raison de fatigue et d'âge. Ne fallait-il pas aller vers un pape plus jeune ? Mais nous nous sommes rappelé que des papes comme Jean XXIII ont été élus déjà âgés et que leur pontificat a été déterminant pour l'avenir de l’Eglise.»


Source : legeneraliste.fr