Pollution à l'ozone : un trou dans la prévention CV  Abonné

Publié le 07/05/2010

Pour connaître l'impact des pics de pollution sur la maladie cardio-vasculaire, des équipes de l'hôpital de Dijon ont analysés le contexte des 1574 AIT et AVC et des 913 infarctus du myocarde hospitalisés dans cet établissement entre 2001 et 2007. Chaque événement était mis en perspective avec les taux de polluants des jours encadrant l'évènement. Résultats : les hauts niveaux d'ozone étaient significativement corrélés à la récidive des AVC (PR=1.115), et aux récurrences d'IDM (OR=1.147). Par contre on ne constatait pas de relation avec la survenue d'un premier accident.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte