Pollution : les petites particules particulièrement néfastes pour la santé

Publié le 08/01/2013

La pollution atmosphérique est néfaste pour la santé, même à de faibles niveaux de pollution. Il n’existe en effet pas de seuil en deçà duquel aucun impact n’est observé. Telle est la conclusion de diverses études françaises et européennes (notamment les études Apheis et Aphekom), présentées dans le BEH du 8 janvier 2013. Les dernières études internationales ont mis en lumière le rôle particulièrement néfaste des particules fines (PM2,5) qui sont surtout émises par le trafic routier, et leur implication dans l’apparition ou l’aggravation de maladies respiratoires et cardiovasculaires. Les nouvelles directives européennes sur la qualité de l’air, prévues en 2013 devraient tenir compte de ces éléments pour « élaborer des politiques efficaces et fondées sur des faits », précise dans l’edito du BEH Michal Krzyzanowski (Centre européen de l’environnement et de la santé de l’OMS, bureau régional de l’OMS pour l’Europe, Bonn, Allemagne).


Source : legeneraliste.fr