Pollution : l’école n’est pas épargnée

Publié le 29/03/2012

Trois écoliers sur dix en moyenne sont exposés à des niveaux de polluants atmosphériques supérieurs aux valeurs recommandées, révèle une étude de l’Inserm rendue public aujourd’hui*. Les chercheurs à l’origine de ce travail ont analysé dans 108 écoles primaires, les concentrations de différents polluants atmosphériques issus de la combustion automobile (particules fines -PM2,5 et dioxyde d'azote -NO2-) mais aussi des sources intérieures de pollution comme les produits d’entretient, certains matériaux de constructions, les meubles en contreplaqué , etc.. grands pourvoyeurs d’ aldéhydes.

Leurs mesures ont mises en évidence des taux anormalement élevé pour environ 30% des 6590 enfants suivis. Sans surprise, « cette exposition à des concentrations élevées de particules et composés organiques volatils était associée à une augmentation de la prévalence des signes cliniques de l'asthme et des rhinites chez les enfants scolarisés, » rapporte Isabella Annesi-Maesano, directrice de recherche à l'Inserm, qui a dirigé cette étude nationale.Pour la chercheuse, « La mauvaise qualité de l'air intérieur pourrait donc à terme détériorer la santé allergique et respiratoire des enfants qui passent en moyenne 8h par jour à l'école. Il est donc important de maintenir une bonne qualité de l'air en classe ».

*Annessi-Mæsano I, et al.Thorax doi:10.1136/thoraxjnl-2011-200391

Source : legeneraliste.fr