Pollution de l’air : NKM est inquiète

Publié le 06/04/2011

«Sur les dix dernières années, on a fait -48% sur le dioxyde de soufre, -26% pour les oxyde d'azote et -22% pour les particules PM10, mais cela ne suffit pas.» Nadine Kosciusko-Morizeta a fait état mercredi d’un bilan 2010 mitigé sur la qualité de l'air en France qui montre «une tendance à la baisse des niveaux enregistrés pour plusieurs polluants, mais on reste très inquiets pour les particules PM10 (inférieures à 10 micromètres), sur lesquelles ont a du mal à agir», a souligné la ministre de l'Ecologie lors des premières Assises nationales de la qualité de l'air organisées à Paris. Les concentrations de particules fines ont légèrement décru en 2010 mais ce sont encore 15 agglomérations de plus de 100.000 habitants qui ont été touchées par des dépassement des valeurs limites (contre 26 en 2007), selon le ministère. Pour le dioxyde d'azote, la situation reste également «préoccupante» avec 24 agglomérations touchées par des dépassements de valeurs limites en 2010, contre 21 en 2009 et 18 en 2008. «Il y a encore trop de personnes qui voient ça comme une gêne. La pollution, ce n'est pas une gêne, c'est une vraie menace pour la santé», a martelé la ministre, rappelant que la pollution aux particules serait à l'origine de 42.000 morts prématurées par an en France et de nombreuses maladies (asthme, allergie, maladies respiratoires et cardio-vasculaires).


Source : legeneraliste.fr