Polémique sur la situation du principal régime de retraite des médecins

Publié le 04/05/2012

Le principal régime de retraite des médecins libéraux est-il menacé ? C’est en tout cas ce que soutient MG France, qui sur la foi de projections récentes de la carmf, s’alarme d’un risque de cessation de paiement en 2031 pour le régime complémentaire des médecins libéraux à l’horizon 2031. Ces prévisions ont, semble-t-il, été présentées lors d’un récent séminaire des administrateurs de la CARMF qui portait sur le régime complémentaire et les placements. Le syndicat de Claude Leicher trouve «cette situation très inquiétante», alors même que le troisième de régime de retraite de la CARMF, l’ASV, a fait l’objet d’un plan drastique de restructuration l’an passé, avec hausses de cotisations et baisses de pensions à la clé. Dans un communiqué, MG met en cause à mots couverts la gestion de la CARMF et la pertinence de ses placements et «interpelle publiquement la CARMF sur les solutions envisageables pour résoudre au mieux cette situation préoccupante.»

La CARMF n’a pas été longue à réagir, dès vendredi. D’abord pour relativiser le problème: la caisse de retraite des médecins rappelle que l’épuisement des réserves est prévue en 2013 pour le régime de base, vers 2020 pour l’ASV et en 2031 seulement pour le régime complémentaire des médecins libéraux. Sur le fond, la caisse que préside Gérard Maudrux défend la performance de sa gestion, évoquant des résultats de placements «supérieurs aux indices.» Et ce malgré la crise financière, malgré la crise de la démographie médicale, malgré «la dégradation de la valeur des actes» et malgré la montée du salariat chez les médecins.

Cette nouvelle polémique intervient dans un contexte tendu entre MG France et le président de la Carmf, alors même que celle-ci se trouve en plein processus de renouvellement de ses délégués. MG a soutenu contre la CARMF le plan de sauvetage de l’ASV l’an passé, et plus récemment le syndicat de généralistes a protesté contre la réforme du régime invalidité de la CARMF, la jugeant défavorable aux jeunes médecins et aux femmes à faibles revenus.


Source : legeneraliste.fr