Contraception

Peut mieux faire  Abonné

Publié le 16/12/2011
Les femmes doivent être davantage informées sur les différents moyens de contraception afin de bien choisir celui qui leur correspond. 11 670 avortements ont été pratiqués en 2009 sur des mineures (rapport DREES de juin 2011). Il subsiste un paradoxe puisque l’avortement et la pilule du lendemain sont remboursés et accessibles aux plus jeunes, alors que la contraception ne l’est pas. Les femmes plus âgées ne sont guère mieux loties que les ados car certaines pilules récentes ne sont pas remboursées et les autres méthodes contraceptives ne sont pas toutes prises en charge. Tour d’horizon avec Elisabeth Aubeny (présidente de l'Association Française pour la Contraception).

Crédit photo : ©DR

Le Généraliste. Comment améliorer le paysage de la contraception en France ?

Elisabeth Aubeny. Il ne faut plus que l’argent soit une barrière et les femmes doivent absolument s’approprier leur contraception. Celle-ci reste trop médicalisée car certains médecins se sentent très, voire trop, concernés par cet aspect! Les femmes doivent comprendre que les soignants sont motivés pour les aider mais que la contraception est de leur responsabilité.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte