Sommeil et obésité

Petits dormeurs, gros mangeurs  Abonné

Publié le 10/04/2015

Crédit photo : VOISIN/PHANIE

Si le lien entre sommeil et nutrition est connu depuis longtemps, une étude menée par l’Institut National du Sommeil et de la Vigilance (INSV) vient de le confirmer en analysant les comportements des quelque 50 000 nutrinautes de l’étude NutriNet-Santé. Elle confirme qu’il y aurait plus d’obèses chez les

petits dormeurs. Environ 10 % des femmes insomniaques sont obèses alors que seules 7,5 % des femmes non insomniaques souffrent d’obésité. Ce risque serait augmenté de 34 % pour les femmes et de 50 % pour les hommes qui dorment peu (6 heures).

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte