Pauvreté : les salles d’attente de MdM ne désemplissent pas

Publié le 16/10/2014

Crédit photo : BURGER/PHANIE

A la veille de la journée mondiale du refus de la misère, Médecins du Monde a révélé qu’en 2013, l'ONG a reçu dans ses vingt centres d'accueil, de soins et d'orientation (Caso) 29.960 personnes exclues du système de santé, presqu'autant qu'en 2012. Thierry Brigaud, président de l'ONG, souligne, "la hausse parmi les patients du nombre de mineurs isolés et de femmes enceintes, laissées à l'abandon pendant leur grossesse". Parmi les patients suivis par MDM, souvent des hommes jeunes (33 ans en moyenne), originaires d'Afrique subsaharienne, du Maghreb et de l'Union européenne, 97% étaient sous le seuil de pauvreté, 27% sans aucune ressource.

Conséquence de cette précarité, l"insécurité alimentaire pour raison financière" (qui affectent 80% des ménages soignés) a pour conséquence qu’un tiers des patients ont "une pathologie en lien avec une mauvaise alimentation". En 2013, plus de la moitié (57%) des patients accueillis dans les centres de Médecins du Monde présentent une pathologie chronique. Or, près de sept patients sur 10 ne bénéficiaient d’aucun suivi de leur problème de santé avant leur consultation. 11% des consultants ont es troubles mentaux : souvent des troubles anxieux ou des syndromes dépressifs. Plus largement, les pathologies les plus fréquentes sont avant tout respiratoires, digestives, ostéoarticulaires et dermatologiques. MdM souligne aussi l’’état bucco-dentaire très dégradé des personnes rencontrées, "en particulier parmi les patients de plus de 40 ans qui comptent en moyenne sept dents absentes non remplacées".

Côté social, selon l’ONG, près de 90% d'entre eux n'ont aucune couverture maladie, alors que les trois-quarts pourraient en bénéficier, notamment via l'Aide médicale d'Etat (AME, qui permet de prendre en charge les soins des étrangers sans papiers et sans ressources), souligne le rapport. Plus d'un tiers (36%) ont retardé leur soin et 20% ont renoncé à se soigner dans l'année.


Source : legeneraliste.fr