Pas de suites judiciaires au suicide de Chantal Sébire

Publié le 23/03/2009

Le parquet de Dijon a classé sans suite l'enquête pour « provocation au suicide » ouverte après le décès de Chantal Sébire, une mère de famille de 52 ans atteinte d'une tumeur incurable et qui demandait l'euthanasie. Selon le procureur de la République, « les nombreuses investigations n'ont en effet rien apporté, aucune personne -membres de la famille, auxiliaire de vie, médecin de famille et avocat de Mme Sébire - et aucun laboratoire n'a pu être mis en cause ». La patiente avait été retrouvée morte chez elle, en mars 2008, après avoir absorbé une dose mortelle de barbiturique.


Source : legeneraliste.fr