Pas d’augmentation des IVG après l’affaires des C3G

Publié le 05/11/2013

Cela se confirme. Les IVG n’ont pas augmenté en France avec l'affaire des pilules de 3e et 4e génération, selon l'Agence du médicament (ANSM). "Plus d'un million de femmes ont changé de contraception. Il n'y a pas eu d'augmentation des IVG", selon Mahmoud Zureik, directeur "stratégie et affaires internationales" à l'ANSM. Tout juste, a-t-il relevé mardi, "une petite augmentation de vente de pilules du lendemain de 5% fin août", par rapport à la période précédente. La proportion des prescriptions des 3e et 4e générations est passée de 50% à 25%" au profit des pilules de 1e et 2e générations, constate à présent le Pr Dominique Maraninchi, patron de l'ANSM. Par ailleurs, concernant la remise sur le marché de l’anti-acnéique Diane 35, après que la France l’ait retiré du marché le 21 mai dernier et que l’'Europe ait finalement décidé que ce médicament devait être remis sur le marché sous certaines conditions, le patron de l’Agence estime que "ce n'est pas un camouflet" pour l'ANSM : "Diane 35 (et ses génériques) ne sera plus utilisé comme contraceptif, poursuit -t-il en se disant se dit prêt à sévir si un nouveau dérapage était détecté après son retour sur le marché.


Source : legeneraliste.fr