Calvi

Parfums du maquis  Abonné

Publié le 25/05/2012
Des immortelles, des myrtes, des cystes, des arbousiers, de la marjolaine sauvage, de la bruyère… Se balader sur les sentiers de Balagne lorsque le printemps bat son plein, c’est d’abord découvrir une polyphonie des odeurs.

Crédit photo : ©Picasa

On croit parfois que le maquis corse sent partout la même chose, une odeur rugueuse, pointue et coriace. C’est en fait ce qui reste à la fin de l’été lorsque le soleil a fini d’assécher la terre et que la chaleur écrasante a depuis longtemps découragé les velléités des promeneurs. Pourquoi ne pas venir quelques mois plus tôt, avant la saison des foules, pour découvrir toute la beauté de cette nature sauvage et apprendre à décomposer les odeurs du maquis.

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte