Paludisme: de nouvelles résistances testées

Publié le 27/04/2012

L'agent du paludisme s'est montré capable de résister à l'un des traitements disponibles les plus puissants lors de tests en laboratoire, selon une équipe britannique qui a observé en laboratoire des résistances du Plasmodium falciparum à l'artéméther sur 11 des 28 prélèvements sanguins testés, provenant de patients tombés malades après avoir voyagé principalement en Afrique sub-saharienne. Leur travail est publié vendredi dans la revue spécialisée Malaria Journal.

L'artéméther est l'une des molécules les plus efficaces de la famille des dérivés de l'artémisinine, qui sont le plus souvent administrés en combinaison avec d'autres médicaments anti-paludéens (ACT) pour éviter les résistances. En moyenne, l'efficacité de l'artéméther était réduite de moitié dans les échantillons de sang infestés. Les onze parasites isolés présentaient les mêmes mutations génétiques. L'efficacité des autres dérivés de l'artémisinine, comme l'artésunate, n'était pas affectée par les mutations du parasite, selon ces tests.

L'étude ne portait pas sur une vérification d'un éventuel échec du traitement chez les malades. Mais ses auteurs mettent néanmoins en garde contre le risque d'une perte d'efficacité thérapeutique qui pourrait un jour en découler et estiment qu’à terme une résistance au traitement pourrait devenir un problème en Afrique et en Asie.


Source : legeneraliste.fr