Revalorisations

Ouvertures de Bachelot sur le C à 23 euros

Publié le 03/04/2009
Le C à 23 euros, c’est peut-être pour bientôt. Roselyne Bachelot vient de donner des signes d’espoirs aux médecins généralistes. Non, ce n’est pas un poisson d’avril, puisque la ministre s’exprimait jeudi 2 avril devant les sénateurs.

Crédit photo : GARO/PHANIE

Roselyne Bachelot demande aux médecins généralistes de prendre patience en continuant de coter 22 euros, mais leur promet que le C à 23 euros est pour bientôt. La ministre répondait jeudi 2 avril à une question du sénateur Alain Vasselle qui estimait qu’il était « temps de mettre un terme aux polémiques qui se développent dans les médias au sujet des honoraires des médecins généralistes». La réponse de la ministre de la Santé témoigne d’une certaine ouverture sur le C à 23 euros, même si elle appelle les généralistes au respect de la légalité, et si elle maintient sa doctrine du donnant-donnant, qui revient à troquer mesures de régulation démographiques contre revalorisations tarifaires.

Après la décision de de la cour d'appel de Grenoble le 12 mars dernier qui tranche en faveur des généralistes qui prennent 23 euros, Roselyne Bachelot observe d’abord que l’arrêt "n'a pas donné raison à l'ensemble des médecins mais à un seul requérant ; et que la Cnam s'est pourvue en cassation". Surtout, elle « en appelle à la responsabilité des médecins, qui doivent continuer à tarifer leurs consultations à 22 euros, sauf à pénaliser leurs patients ». Cette mise en garde posée, elle signifie aux généralistes que le C à 23 euros n’est ni hors de question, ni hors de portée. "L'augmentation du tarif de consultation à 23 euros a été provisionnée dans la loi de financement de la sécurité sociale ; mais j'ai demandé que des mesures fortes soient décidées dans le cadre de la négociation conventionnelle en termes d'accès financier et géographique aux soins. Dès qu'elles seront prises, la consultation sera portée à 23 euros, comme je m'y suis engagée (...) Je suis en droit d'attendre en échange les mesures significatives que j'ai évoquées. »

Malgré la crise, Roselyne Bachelot n’est donc pas fermée à une hausse du C. La CSMF a immédiatement réagi en saluant un "signe d’ouverture" et en demandant à l’Uncam "l’ouverture immédiate des négociations." Et le syndicat de Michel Chassang d’ajouter que "la CSMF proposera de concrétiser dès maintenant une nouvelle étape de la ccam clinique, en créant, dès maintenant, une nouvelle lettre clé applicable par tous les médecins avec un premier niveau de consultation à 23 euros."

Paul Bretagne

Source : legeneraliste.fr