Rythmologie

Ouragan sur les anti-arythmiques  Abonné

Publié le 02/12/2011
Ouragan sur les anti-arythmiques


©PHANIE

Rien ne va plus pour les anti-arythmiques avec les résultats négatifs de la dronédarone dans l'étude PALLAS arrêtée prématurément en raison d'un surcroît d'événements cardiovasculaires. Exit aussi la célivarone qui, après avoir échoué dans la fibrillation auriculaire, ne fait pas mieux dans les troubles du rythme ventriculaire.

Les études se suivent et ne se ressemblent pas pour la dronédarone. Après les mauvais résultats de l'essai ANDROMEDA mené chez des insuffisants cardiaques où la dronédarone amenait à un sur-risque de décès et d'hospitalisations, puis les données spectaculaires d’ATHENA dans la fibrillation auriculaire (FA) paroxystique ou persistante où elle réduisait la morbi-mortalité cardiovasculaire, l'étude PALLAS relance le débat avec de nouveaux résultats négatifs. Un coup dur pour cet antiarythmique, déjà mis en cause pour son risque de toxicité hépatique et ses nombreuses interactions médicamenteuses…

La suite de l’article est réservée aux abonnés.

Abonnez-vous dès maintenant

1€ le premier mois puis 7€50/mois

(résiliable à tout moment)

Déjà abonné ?

Vous êtes abonné au journal papier ?

J'active mon compte