Opérateur « averti » et spéculations boursières  Abonné

Publié le 11/12/2015

 

Un particulier qui multiplie les opérations financières devient un opérateur « averti », selon la Cour de cassation. Dès lors, il ne peut plus exiger de la banque les informations et mises en garde sur les risques encourus qu'elle doit à un profane. Un artisan qui s'était lancé dans des opérations bousières spéculatives s'est ainsi vu refuser la possibilité de faire prendre en charge ses pertes par son intermédiaire financier.

Cass.Com 17/11/2015

 

 


Source : Le Généraliste: 2740